About Michel Chiha

Family, Childhood, Career

About Chiha Foundation

Conférence de paix de Paris

La conférence de paix de Paris de 1946

… » Cette conférence a une tâche apparemment impossible. Organisée pour négocier la paix, la paix elle-même est introuvable. Au lieu de cela, le désaccord règne. Bien que réunissant une multitude de nations, deux opposants principaux ont divisé la conférence en camps opposés, et ainsi, bien que non délibérément, tous les représentants nationaux se sont divisés en groupes de partisans partageant les mêmes idées… »

Et pourtant (au cours de certaines des séances auxquelles j’ai eu la chance d’assister), quelques opinions étonnamment franches ont réussi à émerger. L’Autriche, pâle mais éloquente et qui rappelle Dollfuss et Schuschnigg. Après l’Egypte et l’Inde, c’était justement la Grèce, poignante et humaine, choquée de la présence, du ton agressif et des prétentions de son ancien ennemi, l’Albanie.
« De ces événements mémorables, l’impression la plus durable est qu’il est impossible que la vraie paix émerge d’une entreprise aussi extrémiste car dans cette foule de nations demi-dieux il y a trop de silences et trop de refus obstinés… « 

La Conférence de paix de Paris, M.C., Le Jour, 3 septembre 1946