About Michel Chiha

Family, Childhood, Career

About Chiha Foundation

La Maison des Champs

Un poème survivra à un empire. Telle est la force de l’Esprit Humain. C’est le référentiel cadentiel pour se souvenir des générations passées.

Les prérogatives accordées en ce siècle à la Science doivent sûrement être égalées dans les arts édifiants de la Poésie et de la Prose.

La poésie est enfant de la Liberté et plus enfant de la Douleur que de la Joie. On la retrouve dans le Soleil et dans le Silence, à l’Aube et dans la Nuit. La poésie restaure l’avenir d’un homme. Il apaise et exalte. Il est divin dans son essence. C’est la Confiance, c’est la Prière.

Tout est englobant. C’est la Liturgie, c’est l’Étoile du Matin. C’est le mysticisme et une maison d’or. C’est l’Arche d’Alliance. C’est la consolation des afflictions et le sauveur des pécheurs.

Il y a des moments où, sans Poésie, toute consolation et tout espoir sont perdus ; quand la nature elle-même est ignorée. Pourtant, du fond de l’abîme, nous appelons et sommes interpellés par le pouvoir insondable de la conscience globale de la Poésie.

L’innovation et la créativité en découlent. De la plénitude dont elle remplit le cœur d’un homme, les affligés comme les intuitifs sont propulsés en avant.

Aujourd’hui, comme la Liberté elle-même, la Poésie doit souvent porter les fardeaux de la Tyrannie. Aussi douloureuse que la majesté de ce nouveau siècle, la Poésie est enchaînée comme Andromède, sans défense et exposée à la fureur des monstres.

Il suffit de parler de Poésie pour qu’elle soit entendue. Il suffit de dire son nom pour évoquer la chaleur et l’accélération du sang.

Ceux qui gouvernent sans horizons ni joie n’ont aucune connaissance de sa bénédiction. Là où la poésie prospère, les problèmes et les malheurs diminuent et les vivants ressemblent moins aux morts.

A travers ce recueil de poèmes se profile l’image de sa muse: Marguerite.
Dans l’un de ses poèmes, on relève ces
vers qui lui sont dédiés:
«Un visage pur et calme De jeune fille aux
yeux doux, Flexible comme une palme
Claire autant qu’une nuit d’août»
***
«Tu vins alors, ma petite,
Apaiser le hourvari A cette rime
où j’hésite A mettre ton nom fleuri».

Full Publications

  • Download Michel Chiha's book of poems (in French)