About Michel Chiha

Family, Childhood, Career

About Chiha Foundation

La Banque Centrale

Propositions pour la création d’une banque centrale – Le rapport Chiha-Trad

Conclusions d’une étude entreprise par Michel Chiha et Habib Trad sur les préceptes fondamentaux d’une Banque Nationale d’Emission, janvier 1924

• Il est dans l’intérêt d’un État naissant, dans la mesure du possible, d’avoir sa propre monnaie nationale provisoire, avant l’établissement de sa propre monnaie nationale pleinement souveraine.

• Il est souhaitable que les stocks de lingots d’or soient détenus dans l’enceinte de la Banque centrale afin de limiter son approvisionnement dans le pays et ainsi augmenter sa valeur.

• Pour des raisons politiques et économiques, y compris la confiance du marché, la monnaie nationale devrait, bien que temporairement, être garantie par la monnaie de la France. Ainsi les billets libano-syriens seraient payables par exemple à Paris ou à Marseille par chèque en francs français. Cependant, dans les territoires du Grand Liban, les billets libano-syriens constitueraient la seule monnaie légale reconnue.

• Les comptes courants en devises étrangères seraient autorisés sans condition. Cependant, tous les paiements en capital effectués à partir de ces comptes ne seraient possibles qu’en monnaie locale.

• Aucune contrainte ou obstacle ne doit entraver le libre commerce intérieur des métaux précieux, des pièces ou des lingots sur l’ensemble des territoires du Grand Liban et des États fédérés de Syrie.

• Trois succursales de la Banque centrale administrée par l’État devraient être créées dans des villes régionales telles que Tyr, Hasbaya ou Rashaya, Batroun ou Jbeil par exemple, même si celles-ci s’avèrent non rentables, afin de centraliser l’entité économique de l’État.